FAMILLE

Rentrée scolaire : des idées pour alléger la routine du souper

par Maude Goyer, alias Maman 24/7

 

Pendant l’été, mon 5 à 7 est constitué de rosé, de musique et de conversations avec les voisins. En septembre, le 5 à 7 est plutôt synonyme de retour à la maison, devoirs et préparation de repas… Un changement brutal !

Idées pour alléger la routine du souper

« Comment font-ils ? » Je me pose régulièrement cette question en pensant aux autres parents qui se retrouvent dans la même situation que moi à cette heure (infernale) du retour à la maison, après une journée de travail (surchargée), avec des enfants affamés qui doivent se pencher sur leurs devoirs et leçons… et ce souper que je dois cuisiner !

Évidemment, j’essaie de ne pas me poser la question à 17h30 le jour même en ouvrant la porte du frigo : « Bon, que mange-t-on ? » Peu de parents vous diront que c’est une bonne idée… L’organisation et la planification sont de mises. C’est ici que le terme « charge mentale » prend tout son sens puisque les parents n’ont d’autres choix que de prévoir et de « voir venir » afin que tout se passe le mieux possible, pour tout le monde.

Qu’est-ce qu’on mange demain ? Que mettra-t-on dans les boîtes à lunch ? Est-ce qu’il y a encore du lait au frigo ? Ont-ils mangé des légumes verts hier ? Et du poisson cette semaine ? Aurai-je le temps de cuisiner des muffins ? Toutes ces questions tournent en boucles dans ma tête. Je ne suis certainement pas la seule : selon un récent sondage, le deux tiers des parents québécois affirment que concilier les obligations professionnelles et les responsabilités familiales représente une source de stress importante.

À la veille de la rentrée scolaire, j’ai demandé des trucs et des conseils à des parents (qui ont des enfants de 12 ans et moins). Et si on s’inspirait de ces meilleures pratiques pour alléger notre routine du souper ?  Lisez bien ce qui suit !

Le dimanche

« C’est mon conjoint qui fait l’épicerie le week-end. Il achète ce dont on a besoin selon un horaire de menus préétablis et en tenant compte des spéciaux de la circulaire et de notre inventaire (frigo, cannage, congélo, etc). Nous cuisinons plusieurs repas le dimanche, ainsi qu’un dessert et une collation. » – Julie

« Je fais une grosse épicerie le dimanche. Je prépare au moins un repas en plus de couper tous les légumes et les fruits frais. » – Natacha

Implication et participation

« Tout le monde met la main à la pâte ! On cuisine en famille, même ma fille de deux ans donne un coup de main. Elle brasse, elle casse des œufs, elle coupe des champignons, etc. » – Anouk

 « Ma belle-mère se cherchait quelque chose à faire, un petit projet… Alors on a décidé de consacrer un montant de notre budget épicerie pour qu’elle nous prépare des plats tout prêts. Tout le monde y trouve son compte ! » – Karine

De bons outils

« Nous cuisinons le week-end et nous avons trois congélateurs. » – Sophie

« Le souper est toujours prêt la veille : il ne reste qu’à réchauffer au four ou au micro-ondes ! » – Cynthia

« J’utilise la mijoteuse au moins une fois par semaine, surtout les soirs où je sais que nous serons serrés dans le temps à cause d’un cours, d’une activité ou d’une charge de devoirs et leçons importante. » – Maude

« Je fais beaucoup de conserves maison. » – Rachel

Planification et simplicité

« La cuisine collective de mon quartier me sauve la vie ! Nous préparons plusieurs repas ensemble et nous partageons ensuite les portions. Je sauve du temps, de l’argent… et je rencontre des mères qui vivent la même chose que moi. » – Annie

« Nous avons trois filles qui pratiquent des sports différents… Le mot d’ordre est donc : simplicité. Vive les pâtes et les repas tout prêts à l’épicerie ! Et parfois, ça finit en sandwich ou en bol de céréales… Personne n’en meurt ! » – Manon

Les repas prêts ou prêts à cuisiner

 « Je fais appel à un traiteur une ou deux fois par semaine. Cela m’enlève un poids sur les épaules et je trouve que je suis plus patiente. Je peux davantage être présente à l’heure des devoirs. » – Geneviève

« Je subis beaucoup moins de stress depuis que je me fais livrer deux repas prêts à cuisiner à ma porte, chaque semaine… Tout est là, dans la boîte, je n’ai qu’à exécuter. En plus, il en reste pour les lunchs du lendemain. » – Julie

  

 

La journaliste Maude Goyer s’intéresse depuis toujours aux questions entourant la famille et la maternité. Pigiste pour de nombreux magazines (Coup de pouce, Véro, Planète F, Châtelaine, Enfants Québec, etc), sa page Facebook Maman 24/7 rallie une communauté engagée. Chroniqueuse à la radio et à la télé, elle est aussi – et surtout ! – maman de deux enfants âgés de 8 et 11 ans.

Voir les autres articles de Maman 24/7